lundi 27 septembre 2021 16h00 Navigation : Accueil
Catherine Reineke-Manry Version imprimable Suggérer par mail
Le dimanche, 01 février 2004 13:41

Catherine Reineke-Manry, peintre, vit et travaille à Chamalières-Auvergne-France.

« Je peins dans l'urgence »

ACatherine Reineke-Manry (Cliquez pour visiter les oeuvres de Catherine_Reineke-Manry)vec Carlos da Costa, photographe, nous avons d’abord, chez Catherine Reineke-Manry pénétré directement dans un mur végétal. Non pas une forêt, ou plutôt si, mais vue comme un entrelacs de troncs, de feuilles et de branches, peints sur papier marouflé de 2m50x2m20, tendus sur les murs de son appartement. Brûlures, abysses, bourrasque, fougères, bambous, bouleaux, nature et émotions se mêlent, s’entremêlent pour prendre forme dans la couleur. Catherine travaille vite, « l’encre coule sur le papier avec lequel elle vit alors un véritable corps à corps jusqu’à en être exténuée. » Masson, le peintre disait : « Secouer la toile ou toute surface, recouvrir par endroits d"encre ou de couleurs légères. Secouer de haut en bas, et de gauche à droite, en employant le maximum de flexibilité du corps. Cracher l’encre ou l’insufler ». Pour l’artiste, dire son cheminement intérieur ressemble à un cri, à un déchirement. La nature bien présente dans l’oeuvre de Catherine Reineke-Manry il n’y a qu’à regarder les arbres qui caressent ses fenêtres, n’est en fait qu’un prétexte qui lui permet d’aller jusqu’aux racines d’elle-même. Une méditation visuelle peut éveiller l’instant : ce qui paraissait inerte s’enrichit du mystère d’une présence, celle d’un oiseau, ou d’un papillon par exemple.

Matériellement du papier, de l’encre, psychiquement, il s’agit de faire le vide en soi pour visiter encore plus loin, pour visiter mieux avec parfois des clés qui ouvrent des chemins, d’autres, de vastes routes. Le but pour Catherine Reineke-Manry : aller toujours vers plus de sérénité, vers plus de simplicité.

Légendes photos : Catherine en cheminant fait sans cesse preuve d’inventions et de trouvailles qui nous enchantent ! papier tressés, palimpsestes, collages divers... « Quand l'écriture traverse mon travail, elle l'adoucit. »

A Catherine Reineke-Manry, et à tous les autres peintres, cette pensée d’Hokusaï. Longue vie à tous !

« Depuis l'âge de six ans, j'avais la manie de dessiner la forme des objets. Vers l'âge de cinquante ans, j'avais publié une infinité de dessins, mais tout ce que j'ai produit avant l'âge de soixante-dix ans ne vaut pas la peine d'être compté. C'est à l'âge de soixante-treize ans que j'ai compris à peu près la structure de la nature vraie, des animaux, des herbes, des arbres, des oiseaux, des poissons et des insectes. Par conséquent, à l’âge de quatre-vingts ans, j’aurai fait encore plus de progrès ; à quatre-vingt-dix ans je pénétrerai le mystère des choses ; à cent ans, je serai décidément parvenu à un degréde merveille, et quand j’aurai cent-dix ans, chez moi, soit un point, soit une ligne, tout sera vivant.

Je demande à ceux qui vivront autant que moi de voir si je tiens ma parole ». « Ecrit à l'âge de soixante-quinze ans par moi, autrefois Hokusaï, aujourd'hui Gwakio Rôjin, le vieillard fou de dessins. »

Contact Catherine Reineke-Manry : 04 73 36 91 97

La galerie photos des oeuvres de Catherine Reineke-Manry
Dernière mise à jour : ( Le samedi, 08 mars 2008 13:27 )